mercredi 9 août 2017

Croupe du Monde [2015 update] (2010)



A la demande expresse de certains fans ...


La croupe du monde arrive et j'ai la GOAL
Tel Makelele j'ai un zi-Zidane
J'ai Vela le Robinho d'anac-Honda qui dort dans mon Robben
Vous pouvez m'a Pelé Ochoa le Messi
Le Pizarro du sexe, ou encore Vagner-Love
J'ai le jeu de passes de Ribéry et dès qu'on parle De Boer
Je suis toujours partant pour une ...ou Desailly
Si toi Thuram moi je Milito que j'ai la Queudrue
Devant les Goetze j'ai une Grosskreutz
Une Kross Lahm pénétrante
J'ai l'Eto'offe pour jouer le Ligue des croupions...
Zahia n'a qu'à bien se tenir je suis le futur Gourdin d'Or

Elle a un Deco-lleter à Reveillère Amor
Une paire de Lolo, de Nêné, que dis-je de Robert
Qui me rend Loko je dé-Raï
J'ai une attaque cér-Evra-le et Karembeu de fièvre
Avec sa jupe pli-Ceara de la moule et son porte-Jardel
J'ai les sens en éveil je n'ai plus Sommeil
Libra m’en tombent tant elle a l’air d’Emeniké
La Bella-Donna je lui mettrai la main façon Maradona
Avant de la saisir au feu de Mondragon
Mon Varane de Komodo, appelez le « O Mostro »

Pas moyen de lâcher prise faut que je Llacer
Carragher comme à l'Agger
Je vais y aller Franco, pas question que je Cafu-ille
Il faut que je la Zlatanne
Simao je vais être la Riise du quartier
un Kaka, un Bouazizi, un Boudebouz
Be the Best, Be the King or Dyer trying
Je n'attendrai pas que les carottes soient Kuyt
Pour faire N'Golo Golo dans Lacazette

Giresse Planté mon Piqué dans son Trésor
Dans ma Govou dans mon Lee
Dans le Sablé dans Deschamps ou dans un Park
Peu importe, avec ma trompe d'Elephant
Et ma force de Lion indomptable
J'irai droit au Butt pour lui Kas-er les Kahn
Je lui tirerai des Bastos à lui en donner des bleus
Je ne ferai pas sem-Blanc, je l'enverrai Overmars
Pendant que mes reins, dans l'Essien feront l'essui-Gallas
Cissé Saha qu'elle veut, gr-Asamoah elle repartira en Boateng.

Gravesen, malsaine, moi je ne convoite que des Poulsen
Il m'en faut plus pour que mon coeur Xavi-re,
Très peu pour moi les Buffon ...ou les femmes Fontaine.
Prince Modeste Original je reste sensible aux Pépé Okubo
Mais je ne suis Pastore-ador, ce Mata-dor
Toujours prêt à mettre une banderille
Au milieu des Baresi-lles
Moi je ne me Drogba aux sex-ploits, je n'ai pas cette Villa...

Pas que je me Cantona être seul
Mais je suis plus sur le banc qu'à avoir des touches
A force de me mettre au milieu, à prendre leur défense je suis
Lahm sœur par excellence, l'image du Bellamy me Cole à la peau.
J'ai beau être bien en-Touré, en bonne Kompany, avec les meufs Gerrard-ment Walcott
Pas le genre à Crouch-er Sakho-m le premier soir,
Pas la tête Duga avec qui on faute par Hazard
Ni celle du Cabaye Voller de cœurs
Avec moi, le Senderos n'est pas Clément...

J'Henry plus que j'en pleure, mais j'Hagi. Yobo faire des pieds et des mains
Plus Givet plus je trouve de portes Klose
Que des Zambrotta-bleau de mes conquêtes.
Que d’horizons qui ne sont Papin
J'ai faim de Petit ponts mais j'enchaîne les râteaux
Et Gekas souvent avant Lacen fatidique
Où elle me décernerait l’Oscar
Je suis Leroy des frustrés, Ziegler, cette affection Vidal me fait Defoe.

Plus taureau que Mata-dor en drague je ne vaux pas un Kalou
Je suis Cool, Raul et aspire à passer avec les demoiselles
Un moment Frey et Heskey dans leurs tours de Babel
Faire la Mouriñho-rer le reste
Forlan-tement ou frénétiquement selon votre envie.
Et surtout rester Digne et Courtois
Car au-delà de l’acte l’Amour reste Roi

Parce que nique Sammer, j’en Neymar
C'est pas que j'ai l'appétit d'un hooligan qui sort de taule
Mais la Croupe du Monde arrive et j'ai la Goal.

10.6.10 / 1.7.2014 /3.7.2015

lundi 24 juillet 2017

Juillobre (2005)

Curieusement d'actualité aujourd'hui, ciel gris, pluie fine et vent au programme...

Heureusement que ce bon vieux calendrier
Horloge infaillible ne se trompe jamais
Aujourd'hui nous sommes le vingt-neuf Juillet
Et le ciel de Paris est d'un blanc écrémé.

La douce chaleur de nos été est bien là
De Vingt-cinq à trente degrés selon l'humeur
Sous la lumière ternie d'un Octobre froid
La tête entre deux mois confondus par erreur

L'ivresse de l'été morne comme l'automne
La saison des beautés en fête monotone
Le ciel est bien sombre et l’exubérance sobre.

Les orages déchirent le ciel de l'été
Le soleil gréviste ne s'est pas présenté
Ni Juillet ni Octobre, nous sommes en Juillobre.

29.7.5

dimanche 7 mai 2017

C'est pourtant facile... (2017)

[nouveau] Rubrique élections: c'est pourtant facile de ne pas faire le mauvais choix


Au royaume des aveugles
Les gens n'ont plus qu'un œil
Une moitié semble en deuil
Quand l'autre moitié beugle

Abasourdie et aux abois
La France est un chien blessé
Dont la plaie béante rougeoie
Deux mains se tendent sur la bête délaissée
Deux mains dont une est la main de l'abîme
Une main de fer qui sans cesse abîme
Une vertu nommée Vérité
Vérité j'écris ton nom tant elle est bafouée
Par un flot incessant d'intox
Quelle que soit l'issue de la bataille
Il faudra que je m'en aille
En cure de désintox

Pourtant dans la nasse
Déversée par les masses
J'ose penser que c'est facile
De ne pas se Trumper.

Pour beaucoup La France connaîtra un destin qu'elle n'aura pas choisi
Mais entre France moisie et France nazie
N'allez pas me dire que vous choisiriez le pire
Devant la plaie rougie
Un médecin indécis
Ne fera que faire empirer les souffrance
Ce n'est pas un poison qui sauvera le soldat France
Certains diront que je choisis l'errance
Mais je la préfère au parfum rance
De l'exclusion et de la haine
D'un nom et d'un parti qui riment en "N"
Devant l'exploitation abusive du désarroi
L'unique but de racoler les voix
Plutôt que de récoler un pays qui se broie
Devant ces voix pompeusement pompées
Je le redis sans hésiter
C'est facile de ne pas se Trumper.

Je refuse l'idée d'une France à la dérive
En roue libre avec cette perspective
D'une France "Travail, Famille, Patrie"
De laquelle Liberté Égalité et Fraternité s'expatrient
Je ne vois pas la vie en rose mais encore moins en bleu marine
C'est un constat réel, c'est pas un spleen
L'odeur de la propagande m'irrite les narines
Des partages des retweets bourrés d'erreur
Pour nous inculquer d'inutiles peurs
La peur mène à la colère , la colère à la haine ... et le côté obscur entre en scène
Devant le constat d'une France qui souffre
Elle ne propose que des calomnies qui sentent le soufre 

Campagne vomitive avec un air de déjà vu
Mêmes idées même méthodes mêmes armes même combat
C'était il y a tout juste 6 mois
Et depuis l'Amérique est dans tous ses états
À nous de ne pas franchir la ligne
À nous de garder une France digne
De ne pas à notre tour être dupés
C'est pourtant facile de ne pas se Trumper!

29.4.2017

Vilaine Marine (2017)

[Nouveau] Rubrique Elections: adaptation d'une célèbre chanson de Francis Cabrel

Vilaine Marine je parle de toi
Parce qu'avec ta mauvaise foi
Fille de Jean-Marie
Tu m'irrites comme les épines 
De milliers de roses

Petite furie tu te bats pourquoi ?
Pour qu'en un claquement de doigts
Tu te sentes à l'abri
En renvoyant l'immigrant
Sur des milliers de roses.

Tu as du fiel mais tes idées entre elles ne sont qu'un aboi
D'une France en chien
Qui vient ronger son frein
Sur un morceau de bois
Pour mettre un mur sur l'Europe et le Monde autour

Vilaine Marine tu veux voir partir
Les étrangers dessous ton toit
Et tes directives froides
Les renvoient en balade
"L'Apatride rentre chez toi"

Vilaine Furie tu les répudie en les montrant toujours du doigt
Dans une France fratricide
Ton esprit est vide
Et tes yeux me glacent d'effroi.

Tu as du fiel mais tes idées entre elles ne sont qu'un aboi
D'une France en chien
Qui vient ronger son frein
Sur un morceau de bois
Pour mettre un mur sur l'Europe et le Monde autour

Ton fascisme n'est pas le bienvenue
Vilaine Marine l'entends tu ?
Et un Front contre toi va sévir.

Ton racisme n'est pas le bienvenue
Vilaine Marine l'entends tu ?
Et la France contre toi va s'unir

Tu as du fiel mais tes idées entre elles ne sont qu'un aboi
D'une France en chien
Qui vient ronger son frein
Sur un morceau de bois
Pour mettre un mur sur l'Europe et le Monde autour

4.5.2017
 

mercredi 21 décembre 2016

Hiver / Eté (2009)

Parce que ce n'est pas l'hiver partout...

Deux solstices, deux hémisphères
Deux climats, deux atmosphères
Lorsque tes bouts de laine s'étiolent
Que ta peau se pavane
Dans les lueurs d'un soleil diaphane
Mon être tout entier grelotte.
Entre glace et flocons
Je frissonne à la plus froide des saisons.

Je t'échangerais bien volontiers
Ma neige contre ton horizon
J'échangerais volontiers mon blouson
Contre le soleil qui inonde ta maison

Solstice d'hiver contre solstice d'été
Polarités inversées humeurs déversées
Encore une fois je suis le 6, tu es le 9
La chaleur t'échaude, le froid me bluffe.

Je veux bien être le glaçon qui te refroidit
Si tu es le rayon de soleil qui me réchauffe
J'aimerais être dans l'étreinte de tes tisons
Pour qu'on invente une autre saison.

Solstice d'été pour solstice d'hiver
Je veux bien faire de ta peau une polaire
Parce que même au loin tu me réchauffes le cœur
Parce que mes baisers sont ma larme de fraîcheur.

Solstice d'été ou solstice d'hiver
on sourire est un brasier qui me tempère
Le froid ou la chaleur n'auront pas raison
Puisqu'entre nous il n'y a pas de saison.

22.12.9