jeudi 15 février 2018

Dure Réalité (2014)



[Football] Le Real, parce qu'ils le valent bien...

(nota: En bon supporter du PSG et du Barça j'avais accepté de composer un poème sur la 'Maison Blanche' en cas de victoire lors de la finale 2014 de la ligue des Champions ... dont acte) 

 
Dure Realité
Il me reste comme une douleur une lance qui blesse jusqu'à ma Modricité
Comme une crampe aux Isco
Bien que je sois pas Atletico
Demeurant, il est vrai aussi que si elle n'était que physique ça passerait plus facilement.

Mais il y a les regrets,
J'avais mes convictions
Je lui ai Di Maria, ma jolie Pépé je te parie ma Benzema
Bale Rolex qu'ils ne gagneront pas
Évidemment l'enjeu du pari n'était pas celui-ci car je n'ai pas le salaire de Cristiano Ronaldo

Je suis juste un supporter catalan qui ne supporte pas le Real et CR7 indigestes,
Mon orgueil est décimé,  ma fierté réduite au dixième de ce qu'elle était
Mais je saurai la remettre d'Iker (Casillas)

Alors Ramos , Ramos Adelante
Jesé les Khedira t-on et j'assume
Les chiens aboient et la CaVarane passe
Certains diront que j'étais Casemiro sur ce coup-là mais j'étais aveuglé J'en ai pris plein les Morata
Ebloui affalé sur le matelas mais voilà
Ils ont fait preuve au final de plus de Realisme
Mon rêve aura tenu 92 minutes et demi mais l'illusion n'a pas tenu,
Comme dirait Zidane ça s'est fait sur un coup de tête.

Ce soir j'ai mal
Mais comme Diego Costa je me relèverai avec un remède de cheval

Ce soir c'est la fête à la maison blanche
Quand la maison blaugrana digère sa saison blanche
Image d'une déception le moral dezingué Le tout sous fond de salsa Merengue.
Quant au pari, pas de Benz ni de Rolex
Mais juste pour prix la rédaction de ce petit texte
Un texte sur un club que je porte comme un fardeau
C'est moche la fierté, la prochaine fois je me tiendrai a Carlo.

26.5.2014

mercredi 14 février 2018

Rimes en -ose (2018)

[Nouveau] Après les rimes en -ul, cette fois, pour la Saint Valentin, j'ose...

À vous qui avez aimé les campanules
Les libellules de mes rimes en -ul
Je change aujourd’hui de formule.

A la Saint-Valentin on offre sa main
Tout comme à la Saint-Philippe
On offre une ... tulipe.

Aujourd’hui la symbolique m’y oblige
Journée de l’amour et des vertiges
Il n’y a pas de mots sans son lot de roses
Comme tout doit s’écrire à l’eau de roses
Je distillerai tel le magicien d’Oz
Un florilège de rimes en -ose

Oui je l'ose, sur quelques grammes de cellulose
Déposez deux trois petites choses
Quelques mots témoins de notre osmose
En rime ou en prose, faire une pause
Rompre avec la sinistrose
Parce que la vie n'est pas morose
Si on a pas l'âme close
Parce qu'on peut voir le soleil
En Nivôse ou en Pluviose
Parce qu'avec les sens en éveil
La vie n'est pas une nécrose
Mais une chose formidable
C'est une fleur éclose
Où les émotions se posent, se superposent
C'est une pellicule où le bonheur se surexpose
Pour mieux nous éblouir
Le bonheur est le plus beau des refrains
Il s'impose, il s'impose telle une épanadiplose
Il est temps de voir la vie en rose.

Pourquoi ? Pourquoi tout se rose ?
Parce qu'on vit dans la zone rouge
Parce qu'on rit jaune
Trop souvent vert de colère
Oui la vie sait se faire sévère alors autant qu'on dispose
Du peu de couleurs qui nous égaie
Qu'un peu de légèreté se pose
Sur cette pesanteur qui nous effraie.
Pour cela offrez de l'amour, offrez des roses,
Laissez votre coeur être un virtuose
Offrez des sentiments jusqu'à l'overdose
Vivre ensemble, en harmonie, en osmose
C'est le strict nécessaire pour créer l'apothéose.
En voilà un beau bouquet de rimes en -ose.

mercredi 7 février 2018

Blanche comme Neige (2018)

[nouveau] Blanche et pourtant pas si innocente...

Je suis blanche
Je parais pure et innocente
Je suis blanche mais pourtant incandescente
Je suis la dame blanche
Je vous ferais voir la vie en rose
Pourtant en un instant je déclenche
Des cataclysmes et des psychoses

Je suis une poudre blanche
Qui relève du fantasme
A mon contact pourtant se déclenchent
Des rhumes et des crises d’asthme
Je fais rire petits et grands je sais les enchanter
Je sais aussi les faire glisser dans un marasme désenchanté
Je suis une poudre blanche à la froide réputation
Mon simple nom affole toutes les conversations.

Je suis une poudre blanche qui se répand comme un virus
J’apporte des tragédies faites pleurer le Stradivarius
Je dérègle votre patience et fait bouillir vos nerfs
Je vous empêche de conduire et même de prendre le RER
Je suis experte pour enclencher une hystérie collective
Il suffit pour cela que j’apparaisse, je suis une poudre explosive.
Au cœur des villes ce que je provoque est stupéfiant
Tout ce trafic autour de moi c’est loin d’être insignifiant
En haut des montagnes je ne dérangeais personne
Mais ici blanche comme je suis je dérange et j’empoisonne

Je suis cette poudre blanche
Qui excite et qui inquiète
Je suis cette poudre blanche
Qui génère de sombres casse têtes
Qui affole les autorités jusqu’à la République
Un danger qui s’étale partout en place publique
Je suis une poudre blanche
Qui nous fait fuir la vie en rose
Une poudre qui déclenche
Dans le tout Paris une overdose

Je suis cette poudre blanche fille ingrate de l’hiver
Je suis la Neige j’ai la couleur du paradis
Mais ici au cœur des villes
Mon simple nom évoque l’enfer.


#1121 - 7.2.2018

samedi 3 février 2018

L'ascenseur (2018)

[nouveau] Ascenseur émotionnel

Le Slam est un ascenseur un peu fou
Chacun appuie sur le bouton
Et on s’enfuit , on s’en va , où ?
on s’en fout... on verra
A la guerre ou à l’amour
D’acier ou de velours
Une voix va vous transporter je ne sais où
Sans dessus sans dessous
Au final qui sait à quel étage on va s’arrêter ?
À vous de voir...

Et surtout à vous de juger quand ce sera à votre tour d’appuyer ...
Et moi où je vous envoie ? a Paris , au Pérou , au 69ème ciel, au fond d’un trou ?
A Biscarrosse ou au delà du Cosmos ?
Difficile de se fixer dans cette cellule
Où finalement toutes nos idées se bousculent

Le Slam est un drôle d’ascenseur
Il enchante comme il vous fait peur
Toujours un peu difficile d’y rentrer
Mais laissez vous tenter
Lorsque les portes se referment
Le sort en est jeté
Sur vos yeux sur vos oreilles
La poésie va se projeter
Il est impossible de la rejeter
Un petit mot à rajouter ?
Le micro est là juste à coté
Il suffit de venir lui parler
Pas d’humeur bavarde ? Ça vous regarde
Vous pouvez être juge, pas de conciliabule
Il faut juste 2 chiffres avec une virgule.

Le Slam est un ascenseur solitaire
Son trajet n’est que l’inventaire
Des créations de chacun
Un spectacle en travaux
Et chacun apporte ses tréteaux
Chacun repeint les murs
D’un cri ou d’un murmure
Avec ou sans armure
Sur ou sous la ceinture
C’est vous qui faites les soudures
Entre les idées entre les poètes
Les cœurs meurtris et ceux en fête
Que vous soyez ville ou campagne
Que vous soyez détresse ou champagne
Manifestez votre chagrin ou votre entrain
Entrez dans la danse des alexandrins
Cette valse particulière à douze pas
Même si ici on aime et on ne compte pas

Le Slam est un ascenseur
Un ascenseur émotionnel
Il va vous chambouler dans ton les sens
Va vous transporter sans électricité, sans essence
A grand coup de voix sur les ondes portées
Chacun apporte son étoile à la Voie Lactée
Le Slam est un ascenseur
Mais ne l’appelez surtout pas
C’est lui qui vous appelle...

2.2.2018

mercredi 25 octobre 2017

Pour les coeurs fragiles (2016)

petit poème pour passer les saisons en douceur...

Pour les cœurs fragiles, de Janvier à Avril,
Il ne faut surtout pas se découvrir d'un fil.

Pour les frileux, de Mai aux derniers soleils d'Août,
N'abandonnez jamais un coin d'ombre à vos doutes.

Enfin du vent de Septembre au froid de Décembre
Laissez les sentiments enfouis sortir de l'ambre.

Et quel que soit le climat, le mois de l'année,
Ne jamais laisser votre âme s'emprisonner.

15.4.2016